Les Védas et le Yoga
Donnez votre note

Strictement parlant, la façon dont est conçu l’hindouisme ne peut pas être considérée comme une religion. Cependant, il peut être considéré comme une institution sociale et culturelle complexe et composée de nombreuses sectes philosophiques dont les rites, les cérémonies spirituelles, les disciplines et de nombreuses divinités.

La spiritualité hindoue est basée sur les livres de connaissances des Védas écrits en sanscrit qui est la langue sacrée de l’Inde et ces textes confèrent une forte autorité religieuse à  l’hindouisme.

«Veda» signifie vérité en sanskrit.

Les textes védiques sont généralement datés d’entre 1500 et 500 avant JC, ainsi, ce sont peut-être les plus anciens textes sacrés au monde. De plus, transmises oralement depuis des siècles, des parties de ces textes ont été conservées par des familles auxquelles on a fait confiance et à  ce jour, certains textes portent le nom de leurs protecteurs.

Par ailleurs, la mythologie hindoue accrédite Krishna qui est appelé ici Vyasa, comme le scribe pour les Védas et les textes de soutien. Un certain nombre de traditions Vaishnava le considère comme l’avatar de Vishnu. Le nom «Vyasa» désigne le compilateur des Védas.

Vyasa a simplifié les Védas (Yajur) en les répartissant en quatre chapitres pour accélérer leur diffusion parmi la population et ces 4 parties sont les suivantes:

• Les Samhitas • Les Brâhmanas • Les Aranyakas • Les Upanishads

Il a utilisé ces connaissances pour prévoir l’ère de Kali, un mauvais génie qui est apparu au moment même où Krishna a disparu et selon la chronologie hindoue, l’ère de Kali qui a débuté le 18 février de l’an 3102 avant JC durera 432000 années.

En outre, Samhitas qui signifie collection en sanscrit est un ensemble de textes métriques ou de mantras qui contient quatre Samhitas védiques:

1 – Le Rig Véda (verset védique ou strophe de louange) est le plus ancien et plus important texte indien qui est composé d’une collection de 1200 épopées composée d’Indra, le dieu des tempêtes et Agn, le dieu du feu. Dans l’antiquité, Indra était une divinité importante.

Ces poèmes ont été composés il y’a plus de 500 ans et sur la base de l’opinion acceptée, leur plus ancienne date remonte à  1500 avant JC quand les Aryens se sont installés à  la frontière du Pendjab avant d’entrer dans la vallée du Gange.

Le Rig Véda n’est pas aussi précis que le Yajur Véda, ni comme caractéristique de la louange divine, ni au niveau de sa rédaction qui n’est pas aussi sublime que celle du Yajur Véda.

2 – Le Yajur Véda: (le Véda de formule sacrificielle) signifie se sacrifier dans des étapes prescrites, ainsi, ce Véda contient des astérismes archaïques, des mantras en prose, des cérémonies et des rites sacerdotaux. Par ailleurs, il en existe deux versions principales ou Samhitas: le Shukla (blanc) et Krishna (noir). Les deux contiennent des rituels en vers mais le Yajurveda Krishna comprend un commentaire Brahman en prose dont le Yajurveda Shukla en considère les textes comme étant distincts.

3 – Le Sama Véda: (le Véda de chants ou des mélodies des connaissances) Il est composé de 1.549 strophes et a été conçu pour les rythmes Tala et les mélodies Raga. Il est extrait du Rig Véda à  part pour quelques 78 strophes (qui sont répétées). Les hymnes étaient chantés sur des mélodies déjà  élaborées d’où le nom de la collection.

4 – L’Atharva Véda: (connaissance des Atharvas ou le prêtre du feu) contient les sorts et les exorcismes, un ensemble mélangé d’enchantements. Ces ensorcellements servaient autant pour bénir que pour maudire. Ils contiennent des amulettes pour conjurer les démons, les sorciers, les maladies et les oppresseurs de Brahman. Ses potions bénéfiques garantissent l’amour, le bonheur domestique, la santé, la longévité, le voyage en sécurité et la chance au jeu.

De plus, on croit que la récitation de ce Véda assure une longue vie, la perte de ses ennemis et guérit de la maladie. De nombreux versets ont été tirés sans être modifiés directement du Rig Véda. L’Atharva-Véda-Samhita contient 760 hymnes dont 160 se trouvent aussi dans le Rig Véda et la plupart des vers y sont métriques bien que certains y soient en prose.

Le Véda Atharvana est conservé dans les récessions Paippalada et Saunaka. La Paippalada est la plus longue des deux tandis que la Saunaka n’est que partiellement imprimée et non traduite.

Les quatre parties des Védas ont été confiées à  des sages: Paila Rsi enseignait le Rig Véda, Jaimini était professeur du Sama Véda, le Yajur Véda a été confié au sage Vaisampayana, et Angir (Sumantu Muni) a pris possession de l’Atharva Véda. Ces sages répandaient ce savoir parmi les élèves, qui à  leur tour le diffusaient parmi leurs élèves et ainsi sont nées les différentes branches de la tradition védique et les quatre écoles différentes «SACAS» qui en ont vu le jour.

Les Brahmanes: Ils sont composés de vidhi et d’Artha-vada ou plutôt des explications détaillées sur la tenue de cérémonies et l’explication les légendes. Chaque Brâhmane est associé à  un Samhita particulier ou sa récession. Ils sont également dédiés aux rituels et aux mantras de Brahman. Les Védas sont les livres de la révélation, les autres étant considérés comme des réalisations des brahmanes qui peuvent aussi comprendre les Aranyakas et les Upanishads.

Les Aranyakas: (les livres forestiers) ils concluent des Brahmanes avec les interprétations des rituels dangereux.

Les Upanishads: Ce sont des œuvres philosophiques sous forme de dialogue qui tentent d’expliquer la réalité et qui se trouvent généralement dans la partie des Brahman. «Upanishad» signifie s’asseoir avec dévotion ou encore un enseignement secret. Ils contiennent le savoir de Brahman qui détruit l’ignorance et mène vers la libération. Bien que beaucoup aient été perdus, il y en a plus de 100 disponibles en prose, en vers ou même les deux.

Les Upanishads expliquent la nature de Dieu et la relation entre l’âme et la matière, ils représentent le Vedanta, littéralement, la fin des Védas.

Les Upanishads ont transmuté en Védas grâce à  l’interprétation par les philosophes hindous et cela a généré les six écoles orthodoxes Shad-Dharshana qui restent comme la fin et l’essence de la pensée Hindi: Nyaaya, Vaisheshika, Saankhya, Yoga, Puurva-Meemaamsa et Utthara Meemaamsa.

Le Meemaamsa Uttara, ou Vedanta, est une doctrine de la représentation importante fondée sur la tradition védique et les philosophies assimilées. Ce dernier et le Yoga de Patanjali sont les mieux adaptés à  l’orthodoxie brahmanique.

En outre, les quatre groupes de textes Amnia (qui signifie apprendre par la répétition et par la réflexion) transmis de l’antiquité comprennent le Shruti (en sanscrit « Sruti » signifie être écouté), ce qui signifie que les connaissances acquises devraient être révélées, reçues et transmises.

Le reste de la littérature védique, comme les Puranas et les Itihasas (les histoires Mahabharata et Ramayana), comportent des explications par le scribe Vyasa pour aider à  comprendre les Védas. Ils sont aussi appelés Veda-Matha (Mère Veda, héritière du trésor spirituel) qui révèle l’intention de la vie et le chemin vers la réalisation de soi.

Un certain nombre d’œuvres ajoutées exercent une plus grande influence que les Védas originaux:

– Les Vedangas (littéralement, les branches du Véda), sont les « appendices » (Angas) du corps védique. De plus, il existe six sujets techniques liés aux Védas et qui sont la phonétique, le mètre, la grammaire, l’étymologie, l’astronomie et le rituel.

– Les Aranyakas: (à  apprendre) Ce sont les connaissances consacrées à  la pénitence contemplative dans une forêt arania.

– Les Upavedas (les connaissances secondaires), ils ne sont pas liés aux Védas et sont des textes composés par rishis pour appliquer les connaissances védiques. Quatre sont généralement mentionnés: la médecine (Ayurveda), associée au Rig-véda; le tir à  l’arc (Dhanurveda), associé au Yajur Véda; la musique et la danse sacrée (Gandharvaveda), associée à  la Sama-Véda et la guerre (Shastrashastra), associée à  l’Atharva-Véda.

Par ailleurs, au 6ème siècle avant notre ère un schisme est né du Jaïnisme et du Bouddhisme bien que les deux traitaient des leçons des Védas. Les autres textes du sanatana dharma, la loi éternelle, ont adapté des concepts reconstitués qui correspondaient à  l’évolution des temps. Même de nos jours, les Védas continuent à  influencer fortement les hindous. A travers le temps, certains des dieux les moins populaires ont été abandonnés et les mantras, les chants, les louanges, les traditions et les rites ont été modifiés, toutefois, sans jamais changer les croyances essentielles.

Selon les Védas, les hommes doivent arriver à  comprendre leur relation avec Dieu et sa véritable identité sachant que cela se produit lorsqu’on accepte l’impermanence du corps et le fait que l’esprit et l’âme vivent éternellement.

Les Védas nous permettent d’établir rapport clair avec Shiva et cette conscience imprègne non seulement les Védas mais toutes les activités importantes de la vie: l’art, la musique, la littérature et même la cuisine et le fait de manger.

E-book PDF Yoga pour débutants